Le chapitre de Montfaucon

Une histoire mouvementée.

 

Dès le début du IX° siècle, le chapitre de Montfaucon avait une organisation complète avec trois principaux dignitaires : le prévôt, le doyen et le chantre.

 

Le prévôt avait un pouvoir de juridiction temporelle, le doyen était plus spécialement chargé des intérêts spirituels et le chantre s'occupait du bon ordre des chants et des cérémonies.

 

Lors de l'invasion par les Normands en 888, les prêtres furent massacrés et les moines quittèrent leur abbaye

 

Plus tard vers 930, ce sont les Hongrois qui chassèrent les moines. Ils trouvèrent asile à Wesling, au delà du Rhin, emportant avec eux les reliques de leur saint fondateur, Baldéric.

 

Ils revinrent au milieu du X° siècle mais connurent pendant deux siècles encore les tourments créés par les divisions entre les évêques de Verdun, les comtes de Bar et de Grandpré.

 

La puisance du Chapitre de Montfaucon

Le traité de pariage signé avec Philippe le Hardi en 1272 et renouvelé en 1319 avec Philippe le Long accorde les droits seigneuriaux au Chapitre.

 

Le Chapitre a le droit de collation aux cures de Montfaucon, Nantillois, Septsarges, Cuisy, Drillancourt, Gercourt, Cierges, Gesnes, Epinonville, Ivoiry, Ancemont, Monthairons, Chauvency le Chateau, Romagne, Fromeréville et Béthelainville.

 

L'archevêque Le Tellier (archevêque de Reims) confirmera les statuts du Chapitre en 1672. Le Chapitre est et reste "seigneur du bourg et de la prévôté" qui se compose de sept villages : Cuisy, Drillancourt, Epinonville, Gercourt, Gesnes, Ivoiry et Septsarges, le Septiminium.

 

Le Chapitre a le droit de haute, moyenne et basse justice.

 

Dix chanoines du chapitre de Montfaucon morts sur les galères de la Révolution.

 

Au moment où éclate la Révolution, le chapitre de la collégiale compte 28 chanoines. Comme tous les corps écclésiastiques de cette période, le chapitre de Montfaucon est voué à disparaître.

 

L'Assemblée constituante proclame le 2 juillet 1790 la constitution civile du clergé. Les évêques et les curés doivent prêter serment et être fidèles à la Nation, à la loi et maintenir la constitution décrétée par l'Assemblée Nationale sous peine de remplacement.

 

Dix chanoines du chapitre de Montfaucon, résistant aux réformateurs, vont être déportés à Rochefort et mourront sur les galères.

 

Ils sont enterrés dans deux petites îles situées près de Rochefort : l'île d'Aix et l'île Madame.