La léproserie

Un fléau fait des ravages en Europe entre le XIème et le XVème siècle : LA LEPRE

Ramenée par les croisades, la lèpre, terrible fléau, oblige à la mise en place de mesures destinées à protéger les populations. Pendant tout le Moyen Age, les lépreux étaient exclus et condamnés à l'isolement. Ils devaient habiter hors des villes, ils devaient se vêtir d'une jacquette grise de forme déterminée et se couvrir de larges chapeaux. Ils devaient signaler leur présence en agitant des crécelles. 

 

Partout des léproseries étaient construites pour les accueillir. On retrouve dans les archives du Chapître l'existence d'une maladrerie ou encore léproserie à Montfaucon.

Elle était établie à l'écart du bourg à quelques pas du bois de Fayel, à l'endroit même où se trouvent aujourd'hui deux fermes du même nom. Les lépreux avaient leur cimetière attenant à la Chapelle Notre Dame des Malades et leur source.

 

La léproserie ou maladrerie de Montfaucon recevait les malades du bourg et des villages voisins.

 

 

La lèpre avait un double caractère : horrible et sacré. Horrible par les mutilations qu'elle provoquait et sacré par son rôle dans la Bible.

 

La léproserie de Montfaucon était administrée par un chanoine du Chapitre qui devait répondre de la bonne gestion de l'établissement et donner aux malades tous les secours nécessaires. Elle avait une particularité , elle accueillait les malades riches ou pauvres indistinctement contrairement à ce qui pouvait se pratiquer ailleurs. Ainsi la maladrerie était "au ban, en la seigneurie et en la garde de l'Eglise de Montfaucon" (réglement de 1296).

 

La léproserie de Montfaucon a été détruite dans la deuxième partie du XVIème siècle. Elle ne fut jamais reconstruite, la lèpre ayant disparue.